Nouveau Naissance du sous-homme au siècle des lumières Les Races Les Femmes Le Peuple par Xavier Martin Agrandir l'image

Naissance du sous-homme au siècle des lumières Les Races Les Femmes Le Peuple par Xavier Martin

Neuf

28,50 € TTC

En savoir plus

Un mérite essentiel de l'esprit des Lumières ?
Avoir promu et fortifié la haute idée d'une unité du genre humain. Tous les traités tous les manuels tous ceux qui forgent l'opinion en réitèrent l'affirmation avec un tel ensemble et un tel enthousiasme qu'il est probable qu'ils y croient.

Étrange phénomène : la réalité est très différente. L'esprit de libre examen dont également sont crédités avec ferveur les "philosophes" ceux-ci l'ont appliqué parmi d'autres objets de quelque conséquence à la notion même de l'humanité qu'ils en sont venus à nier comme essence au nom du progrès. Il en résulte sous leur plume au moins à titre de tendance très appuyée une dilution du genre humain dans l'animalité dilution d'autant plus séduisante à leurs yeux qu'elle bat en brèche comme dépassée scientifiquement la conception biblique de l'homme.

Les retombées n'en sont pas minces.
L'humanité dans le propos des "philosophes" devient friable. Lorsque ceux-ci vont jusqu'au bout des conséquences de leurs principes des éboulements s'en suivent qui sont spectaculaires : ce sont des pans entiers de la famille humaine qui se trouvent dissociés de l'humanité pleine qui sont "bestialisés" ou sous-humanisés ou exposés à l'être. Pierre-André Taguieff avait pu l'écrire : le siècle des Lumières est bien celui effectivement "de la construction intellectuelle du "sous-homme"". Vont en faire les frais des minorités. très majoritaires : les ethnies exotiques le sexe féminin le peuple en général.

Cet effondrement de l'image de l'homme appellera des suites. Il pèsera sur toute l'anthropologie du XIXème siècle. Au bout du compte en procéderont un peu plus tard des hécatombes qu'il est curieux voire incongru de n'imputer tout au contraire qu'à la noirceur de prétendues et improbables "anti-Lumières".
Selon une méthode qui a fait ses preuves l'auteur cite massivement les documents d'époque pèse prudemment ses analyses et ne s'autorise aucun schématisme interprétatif.